Go to menu Go to content

Essais routiers

Jeep Grand Cherokee 2010

En attendant 2011…

Jean-Pierre Bouchard

 

Le Grand Cherokee entame son dernier droit avant l’arrivée de la nouvelle génération 2011. Celle-ci profitera d’importantes améliorations dont l’utilisation d’une plateforme adaptée du Mercedes-Benz ML. Peut-être est-ce le temps de réaliser de bonnes affaires avec l’actuelle génération. Triste nouvelle toutefois : Jeep a retiré l’excellent moteur diesel de son catalogue de commande.

 

Carrosserie

 

L’utilitaire intermédiaire de Jeep repose sur un châssis monocoque au lieu du traditionnel châssis en échelle, ce qui offre l’avantage d’assurer un comportement routier plus civilisé, sans lui faire perdre ses excellentes aptitudes pour la conduite hors route ni pénaliser la capacité de remorquage.

 

L’habitacle

 

Malgré la hauteur de la garde au sol du véhicule, l’accès aux places avant ne pose aucune difficulté. Le conducteur bénéficie d’une bonne position de conduite, d’un volant inclinable et télescopique ainsi que d’un dégagement pour la tête adéquat. L’intrusion du différentiel réduit toutefois l’espace pour les pieds.

 

Les sièges procurent un bon confort, mais leur coussin est un peu court pour assurer un bon soutien pour les cuisses. Sur les versions munies de commandes électriques de réglage des sièges du conducteur et du passager, l’espace limité entre la porte et les boutons rend leur manipulation difficile. Le conducteur bénéficie d’une bonne visibilité vers l’arrière, mais les larges piliers qui retiennent le pare-brise créent un angle mort. L’instrumentation est bien placée et facile à consulter, tandis que les principales commandes sont simples à utiliser. Le véhicule est, dans l’ensemble, bien fini. Toutefois, c’est souvent après quelques années d’utilisation qu’on constate des signes prématurés de vieillissement.

 

À l’arrière, l’ouverture de porte étroite, l’intrusion de la cage de roue et l’angle d’ouverture de la porte insuffisant compliquent les entrées et les sorties. La banquette offre un confort moyen, car l’assise est un peu basse. L’espace utilitaire est par ailleurs généreux. De plus, la lunette s’ouvre séparément du hayon pour faciliter le transport d’objets.

 

Mécanique

 

Le V6 de base de 3,7 litres n’offre que des prestations honnêtes, sans plus. La plupart des V6 concurrents dont celui du Honda Pilot ou du Nissan Pathfinder font mieux. Et comme il travaille plus fort, il consomme également davantage. La prochaine génération devrait être propulsée par un V6 de 3,6 litres de 280 chevaux, en plus d’afficher une meilleure consommation de carburant.

 

Le rendement du V8 de 5,7 litres est, bien entendu, plus musclé. Tout comme la consommation de carburant, surtout si l’on a le pied pesant. Cette année, Jeep laisse aussi tomber le V8 de 4,7 litres qui constituait un bon compromis. Le moteur turbodiesel qui disparaît du catalogue constituait un choix vraiment intéressant compte tenu de la qualité de la technologie utilisée et du prix demandé. Le V8 de 6,1 litres de la version SRT-8 fait toujours partie des choix offerts. Ce qui est difficile à comprendre dans le contexte actuel et le nombre limité d’acheteurs qu’il attire. La boîte de vitesses automatique à 5 rapports jumelée à tous les moteurs fonctionne toujours en douceur.

 

Comportement

 

La suspension du véhicule assure une bonne douceur de roulement dans la plupart des situations. Bien entendu, certaines réactions ne sont pas sans rappeler qu’il s’agit d’un vrai utilitaire. En courbes, il conserve néanmoins un bel aplomb. La direction est bien dosée, ce qui rend le véhicule maniable. De plus, la robustesse du Grand Cherokee le rend à l’aise pour la conduite hors route et en fait un bon compagnon pour les amateurs de pêche et de chasse.

 

Conclusion

 

Le Grand Cherokee est un véhicule solide, confortable et qui offre un comportement routier équilibré pour ce type de véhicule. À mon avis, son principal atout résidait surtout dans la possibilité de l’équiper du moteur diesel. J’aurais plutôt supprimé le V8 de 6,1 litres. À plus long terme, l’utilitaire ne maintient pas une valeur de revente élevée. Et quand on le compare au Honda Pilot, par exemple, on constate que l’arrivée de la nouvelle génération, malgré une demande à la baisse dans cette catégorie, devrait constituer une bonne nouvelle.

 

Forces

Comportement routier honnête

Capacité de remorquage

Capacités hors route

 

Faiblesses

Accès aux places arrière

Étroitesse de l’espace pour les pieds du conducteur